Un blog pour
L’EUROPE
Accueil > Actualités > Intervention de Jean Arthuis, Vice-Président de l'UDI en charge du projet européen

Actualités


Intervention de Jean Arthuis, Vice-Président de l'UDI en charge du projet européen

Intervention de Jean Arthuis, Vice-Président de l'UDI en charge du projet européen

Le 04/09/2013

A l'occasion de la 1ère réunion de travail des "Européen", vous retrouvez ci-dessous l'intervention de Jean Arthuis, Vice-président de l'UDI en charge du projet européen

Mesdames, Messieurs, chers amis,

C’est avec joie que nous nous retrouvons aujourd’hui à la Maison de la Chimie pour ce rendez-vous de travail placé sous le sceau de l’Europe. Nous vous avions fin Juillet prévenu par un « Save the date » de l’existence de cette journée mais les vacances ont suscité une inertie qui a retardé la confirmation et l’invitation officielle. Nous voilà désormais réunis, et je souhaite vous remercier de votre présence en nombre.

Je tiens plus précisément à remercier les Députés européens et responsables politiques aujourd’hui présents qui sont venus de pays voisins de la France, mais également vous qui représentez les fédérations départementales de notre jeune mouvement politique qu’est l’UDI.

Nous avons voulu aujourd’hui prendre date dans l’agenda européen et ouvrir un processus irréversible dans la perspective des prochaines élections européennes.

Mais pour faire acte de candidature, nous avons besoin d’un projet. Et pour cela, nous devons rassembler et mettre au travail tous ceux qui partagent une vision, des valeurs et des propositions.  

Notre ambition, rassembler les « Les Européens » et l’UDI est pleinement partie prenante. L’Europe c’est notre ADN, nous devons refonder le rêve européen.

Seulement nous ne devons pas aller aux européennes pour établir un classement des partis, en analysant la défaite de l’un et la victoire de l’autre et demandant au Président de la République de prendre acte du résultat de sa majorité. Non, nous devons y aller pour faire partager une conviction ! Car, quand on a des convictions, cela s’entend et cela se partage.

L’Europe est le continent de la paix, nous devons en faire le continent du dynamisme économique. Nous devons être conscients de la force du vent d’euroscepticisme qui va agiter les esprits d’ici le printemps 2014. Et c’est vrai que l’Union européenne, telle qu’elle fonctionne offre trop souvent prise à la caricature, aux déceptions et aux agacements :

-          Stagnation économique et chômage de masse ;

-          Etranglement du producteur par le consommateur ;

-          Hystéries normatives des 28 commissaires européens ;

-          Immobilisme fiscal notamment envers les paradis fiscaux ;

-          Nanisme diplomatique et militaire ;

-          Non maitrise des flux migratoire à cause de la porosité de nos frontières australes ;

-          Institutions distantes et omniprésence d’une bureaucratie sans visage.

Nous devons remettre en cause ces errements de l’Union européenne et reprendre le processus de partage de souveraineté déjà engagé depuis le 9 mai 1950 avec l’appel de Robert Schuman en passant par l’échec de la CED en 1954 et la mise en place en 1957 du marché commun et du marché unique. La création de l’euro a largement pris sa place dans le partage de souveraineté au sein de la zone euro, en mettant un terme à l’instabilité monétaire et aux dévaluations compétitives. Cependant, sa gestion a été scandaleuse et l’euro a agi comme un anesthésiant notamment lors de la crise des dettes souveraines. De nombreuses voix se sont alors élevées pour réclamer la sortie de l’euro. Nul doute que ce choix est celui du chaos économique et social. La zone euro (à 17) au contraire, nous a montré la voix du fédéralisme européen, il faut désormais aller plus loin dans le partage de souveraineté pour pallier les errances nationales.

Nous devons désormais doter la zone euro d’un gouvernement économique et financier conjugué à une politique budgétaire et d’emploi commune. Mais devons également aller au-delà en mettant en place un gouvernement européen avec des missions fortes :

-          Diplomatie et politique militaire ;

-          Energie ;

-          Environnement et lutte contre le réchauffement climatique ;

-          Lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux ;

-          Politique migratoire et contrôle des frontières ;

-          Régulation numérique et diffusion de la culture ;

-          Politique Agricole Commune.

Pour mener à bien ses missions, ce Gouvernement doit également doter l’Union de ressources propres avec la création d’une taxe carbone aux frontières de l’UE et d’une taxe sur les transactions financières.

Nous devons renforcer la légitimité démocratique des instances européennes en créant un poste unique de Président et un Gouvernement. Nous devons réduire le nombre de commissaires et les remplacer par des ministres à la recherche de l’efficacité et de la qualité plutôt que de la quantité normative. Nous devons également renforcer les compétences du Parlement en matière de contrôle démocratique. Voilà les exigences que doit porter l’UDI et « Les Européens » qui nous rejoignent.

Nous vous avons réunis aujourd’hui pour faire vivre le débat sur le projet européen dans chacune de vos fédérations. Le document de travail que nous vous proposons aujourd’hui, nous vous demandons de l’amender et une nouvelle version vous sera proposée samedi 14 septembre lors de l’Université de rentrée de notre mouvement. Fin octobre/début novembre, le Conseil national arrêtera les grandes lignes finales de notre projet européen. Je vous remercie pleinement de votre investissement à nos côtés pour que vive notre projet au sein de toutes vos fédérations et circonscriptions électorales. 

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact