Un blog pour
L’EUROPE
Accueil > Actualités > Défense de l'Europe, l'impératif de responsabilité!

Actualités


Défense de l'Europe, l'impératif de responsabilité!

Le 21/12/2013

Réaction de J Arthuis vice-président de l'UDI en charge de l'Europe

LA DEFENSE DE L’EUROPE, L’IMPERATIF DE RESPONSABILITE

Marquée par la crise économique et financière qui oblige les Etats à réduire leurs budgets nationaux,  2013 est une nouvelle année difficile pour l’Union européenne. Le domaine de la défense n’est pas épargné par les restrictions budgétaires, remettant en question la capacité de l’Europe à assumer son rôle sur la scène mondiale, voire même à assurer sa propre sécurité. Aujourd’hui, plus aucun pays européen n’a les moyens de maintenir une armée opérationnelle complète. Les interventions au Mali et en Centre Afrique l’ont montré, même la France ne peut plus agir seule. L’industrie de défense, pourvoyeuse d’emplois hautement qualifiés, traverse une crise profonde et ne survit aujourd’hui que grâce aux contrats à l’export dont l’issue n’est pas toujours heureusement comme nous le rappelle cruellement l’annulation de la vente de Rafales par la France au Brésil. Prenant conscience de ce scénario peu enviable, les chefs d’Etat ou de gouvernement européens se sont réunis les 19 et 20 décembre en Conseil européen et ont consacré un point de leur sommet à la défense et la sécurité, une première depuis l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne qui ouvre beaucoup de possibilité en matière de défense.

Dans ce contexte, les espoirs de voir l’« Europe de la Défense » relancée ont été grands, l’échelle européenne pouvant être la réponse optimale à ce secteur en crise. Dans cette perspective plusieurs acteurs institutionnels se sont positionnés (la Commission européenne, le Parlement européen, l’Industrie de défense) en proposant des mesures ambitieuses.

Aujourd’hui, alors que nos leaders rentrent dans leur capitale respective, le citoyen peut être déçu : le Sommet a une nouvelle fois accouché d’une souris. Les solutions « techniques » sont là (réalisation du marché intérieur, R&D de défense financée par l’UE, standardisation et certification européennes,…) mais l’Europe pâtit d’un manque de volontarisme politique dû à une absence de vision stratégique commune inexistante.

Ce constat d’échec est flagrant au regard des différentes crises internationales récentes: Afghanistan en 2001, Irak en 2003, Libye en 2011, Mali et Centrafrique cette année. A aucun moment, un consensus n’émerge alors que l’ensemble de l’Europe est concerné. Une approche prudente, pour ne pas dire attentiste, prévaut pour tout ce qui concerne les missions de crise. A ce jour, l'UE ne dispose certes ni de structure ad hoc ni de budget pour financer directement des opérations militaires. Cependant, que ce soit au Mali, ou en Centrafrique une solution européenne était possible. Les groupements tactiques européens, dits Battlegroups, auraient pu être déployés. Ces bataillons alimentés par les armées nationales mais placés sous étendard européen aurait permis d’éviter à la France d’être affublée injustement du titre peu glorieux de « gendarme de l’Afrique » et d’assumer seule la responsabilité politique et économiques des interventions. Mais systématiquement des Etats membres s’y sont opposé. L’Allemagne hier au Mali, par peur de son opinion publique en période électorale, hantée par ses fantômes du passé et coupable d’un pacifisme naïf et dangereux ; le Royaume-Uni aujourd’hui en Centre Afrique - nos voisins anglais étant viscéralement opposés à l’Europe de la défense et aux conséquences politiques qu’elle entrainerait, préférant se reposer sur l’Allié américain et l’OTAN. Notre hésitation à envoyer des forces européennes en théâtre extérieur expose aux restes du monde notre incapacité à intervenir collectivement pour défendre des idéaux qui font la force de l’UE : Démocratie, Liberté, respect des droits fondamentaux.

Les obstacles sont donc politiques et le Conseil n’aura pas beaucoup fait avancer les choses de ce côté là. On attend de nos dirigeants des décisions ambitieuses visant à changer de paradigme : le cadre national est dépassé en matière de défense. Tous nos politiques sont enclins à l’affirmer haut et fort mais aucun n’a le courage de sauté le pas vers l’Europe.

Aujourd’hui, faute de vision commune, nos dirigeants s’adonnent une énième fois à du saupoudrage, retardant l’inéluctable. Les chefs d’Etats ont repris rendez-vous en Juin 2015 pour faire un nouvel état des lieux. Dans le meilleur des cas le courage politique sera au rendez-vous, dans le pire des cas l’Europe de la défense s’imposera à nous suite à un drame humain, une crise grave ou de l’émergence d’une menace imminente.

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact