Un blog pour
L’EUROPE
Accueil > Actualités > Cadre financier pluriannuel: l'Europe est-elle vouée à rester un nain budgétaire?

Actualités


Cadre financier pluriannuel: l'Europe est-elle vouée à rester un nain budgétaire?

Le 19/11/2013

CP des Eurodéputés UDI

19.11.2013 : Adoption par le Parlement du cadre financier pluriannuel : "l'Europe est-elle vouée à rester un nain budgétaire?" Dominique RIQUET, Sophie AUCONIE, Christine DE VEYRAC, Marielle GALLO, Michèle STRIFFLER, Jean-Marie CAVADA (PPE-UDI)

 

En ligne avec les critiques qu'ils avaient exprimées en juillet dernier, les élus UDI se sont abstenus lors du vote sur le prochain cadre financier pluriannuel (CFP). Doté de 960 milliards en crédits d'engagement et de 908 milliards en crédits de paiement, ce cadre fixe les plafonds des dépenses de l'Union pour la période 2014-2020.

 

"Avec une baisse de plus de 3% par rapport à la période précédente, les États membres nous condamnent à sept années d'austérité, faisant payer à l'Europe leurs propres erreurs!" déplorent les élus du PPE. "Nous nous félicitons des différents éléments de flexibilité obtenus par l'équipe de négociation du Parlement, mais cela cache mal l'humiliation faite aux représentants des peuples européens."

 

"Il est déplorable que les États membres, cachés derrière l'Allemagne, se soient rangés à la position frileuse du Royaume-Uni, dont on sait qu'il envisage d'organiser un référendum pour sortir de l'Union" déclarent les six élus. "À l'heure où le budget doit plus que jamais servir l'emploi, la croissance et la compétitivité, c'est un très mauvais signal envoyé aux citoyens, aux entreprises et aux investisseurs."

 

Les eurodéputés souhaitent rappeler que le budget européen, en équilibre et représentant seulement 1% du PIB (contre 50% en moyenne pour les États membres et 28% pour le budget fédéral des États-Unis), est quasi-entièrement réinvesti, et peut entraîner des économies d'échelle que seule une action au niveau communautaire permet.

 

"Les discussions sur ce cadre appellent une réforme urgente du budget européen, à la fois de son financement et de sa temporalité" estiment Dominique RIQUET, Sophie AUCONIE, Christine DE VEYRAC, Marielle GALLO, Michèle STRIFFLER, Jean-Marie CAVADA. "De son financement, pour éviter qu'il ne demeure soumis aux bonnes volontés des États membres qui l'approvisionnent encore aux trois quarts. De sa temporalité, pour empêcher qu'à l'avenir on puisse voter des crédits qu'on ne dépensera pas soi-même. Le mandat du Parlement tout comme de la Commission s'achève en effet l'année prochaine."

 

 

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact