Un blog pour
L’EUROPE
Accueil > Actualités > Audition J.Arthuis devant notre club Belgique à Bruxelles

Actualités


Audition J.Arthuis devant notre club Belgique à Bruxelles

Le 21/01/2014

Audition J.Arthuis à Bruxelles

Un secteur financier au service de l’économie et des citoyens : un impératif européen

 

Invité à débattre des services financiers le 22 janvier 2014 lors d’une réunion organisée par le Club UDI Belgique à Bruxelles, c’est un message résolument ambitieux, réaliste et européen qu’a délivré Jean Arthuis, Vice-Président de l’UDI en charge de l’Europe. Cette aUDItion européenne a rassemblé une vingtaine de participants de tous horizons (spécialistes du secteur financier, ONG, think-tank, sympathisants de l’UDI ou encore membre des institutions européennes). 

 

Les services financiers sont l’affaire de tous eu égard à leur importance pour l’économie et la vie quotidienne des citoyens. Réserver les questions financières aux seuls experts serait donc une erreur à l’heure où tout le monde aujourd’hui a pris conscience des conséquences d’une crise systémique pour les entreprises et les particuliers. Alors que faire pour éviter que le passé ne se reproduise tout en ayant une solution européenne et démocratique ? 

 

> Agir vite et bien dans la façon de réguler sans tomber dans un excès normatif contre-productif 

Le problème c’est que bien souvent trop de directives sont perçues comme n’ayant pas de lien direct avec les citoyens, ce qui amplifie le sentiment d’ « Europe bouc-émissaire » véhiculé par les Eurosceptiques. Au contraire, l’Europe doit se concentrer davantage sur les instruments prioritaires qui s’appliquent rapidement et répondent aux besoins des citoyens.

 

> Assumer l’Europe et assurer un véritable partage de souveraineté

Face à la mondialisation, Jean Arthuis prévenait déjà en 1993 que la mondialisation pouvait être positive mais à condition que la France puisse s’y adapter. Aujourd’hui, face à ces défis mondiaux, aucun pays européen, même le plus développé, ne peut agir seul. Une solution réaliste se doit d’être européenne. Elle passe par des réformes fiscales efficaces afin d’agir contre la concurrence déloyale ou encore pour assurer une meilleure gestion des flux migratoires. On doit mettre fin aux égoïsmes nationaux. Les Etats doivent jouer le jeu et assumer leurs responsabilités. Un réel partage de souveraineté est primordial pour que l’Union européenne puisse exister politiquement et assumer les prérogatives que ses Membres lui ont confiées.

 

> Mettre en place un véritable pilotage politique, économique et démocratique de la zone euro

Selon Jean Arthuis, "rétrospectivement, pendant dix ans, l’euro a anesthésié tout le monde : les marchés, les agences de notation, la Commission, nos parlements européen et nationaux et nos gouvernements".  Lorsqu’il s’agit de venir en aide à l’un des membres surendetté – faisant référence à la Grèce ou à Chypre – ce sont les lois de finance nationales qui supportent les crédits nécessaires, qu’il s’agisse de consentir des prêts bilatéraux, de doter le capital ou de garantir les emprunts du Mécanisme Européen de Solidarité (MES). Il faut mettre fin à toute forme de complaisance. 

 

La zone euro doit être pilotée par un gouvernement économique, financier et budgétaire, doté de services appropriés, en particulier d’une véritable direction du Trésor pour expertiser, coordonner et contrôler. Cependant, cette avancée ne peut prendre corps sans légitimité démocratique. Pour cette raison il convient d’instituer une « commission de surveillance » composée des représentants des chambres nationales des pays membres de la zone euro ainsi que les représentants du Parlement européen. Cette instance permettrait de contrôler la gouvernance de la zone euro et d’en rendre compte aux Parlements nationaux.

 

L’Union européenne a plus que jamais un rôle politique à jouer pour relancer la croissance et l’emploi au sein des Etats membres. Ce défi doit être relevé dans l’intérêt de tous les citoyens européens.

 

 

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact